(+33).02.33.42.03.22 ou (+33).06.47.51.02.69

Restauration du Manoir de Donville

Le Manoir de Donville est classé aux monuments historiquesLa restauration du patrimoine bâti est un travail extrêmement long, difficile, coûteux qui relève de trois paramètres combinés: la passion, le savoir faire et le courage ! Sauf pour ceux ou celles qui disposent de moyens financiers considérables, la restauration de constructions anciennes demande des années d’acharnement avant de voir un résultat probant.

 

L’un des seuls manoirs en bauge encore debout dans le Cotentin, protégé par les monuments historiques

Le manoir de Donville converti en ferme depuis le 19 siècle était dans un état proche de la ruine lorsque ses nouveaux propriétaires décidèrent de l’acheter et de le restaurer en 1999. L’absence  d’entretien faillit venir à bout de l’un des seuls manoirs en masse encore debout dans le parc des marais du Cotentin et du Bessin.

Façade du Manoir de Donville

 

L’unique avantage de cette situation  fut sans doute de retrouver en l’état les éléments d’époque qui avaient traversé les siècles : cheminées, boiseries, dallages, éléments de décoration le tout datant des 17ème et 18ème siècles.

 

Méthodologie

La démarche des nouveaux propriétaires fut singulière même si elle n’a rien d’extraordinaire pour les architectes des monuments historiques qui procèdent de la même façon : dans un premier temps furent récoltés les moindres échantillons de peinture, de papiers peints anciens, de boiseries qui pouvaient être sauvés ou servir de modèles à la restauration de l’édifice. Dans un deuxième temps des recherches historiques furent entreprises pour comprendre l’évolution de l’architecture intérieure et extérieure du manoir de Donville. La chance a voulu que de nombreux inventaires après décès furent mis à jour entre 1660 et 1850. L’un deux fut même rédigé au début du règne de Louis XVI en pleine campagne de travaux et de modernisation du manoir. Il ne restait plus qu’à comparer les résultats de ces recherches avec ce qui avait été trouvé sur place! Un choix plus facile s’opéra sur le style intérieur à restaurer c’est à dire le 18ème siècle.

Les travaux et les soucis qui les accompagnent dans ce type d’entreprise allaient débuter… car d’emblée il fût décidé de s’attaquer de paire à l’intérieur et à l’extérieur du manoir de Donville !

Bien sur les travaux ne sont pas terminés mais Donville a retrouvé un visage acceptable que peuvent découvrir aujourd’hui les passionnés du bâti ancien, au travers de nos visites guidées.

 

Le corps de logis

La façade sud du ManoirLe corps de logis principal, construit en masse (terre, cailloux et liant) a été fortement remanié vers 1778 ce qui lui donne un aspect de style Louis XV. La façade Nord, très rustique donne l’ambiance d’une ferme imposante avec son ensemble en U. Nous trouvons encore les traces d’ouvertures aujourd’hui comblées datant des 16 et 17 siècles. La façade sud d’une très grande finesse n’a rien à voir avec l’ambiance de la cour Nord. Le beau est ici caché des regards indiscrets avec un imposant jardin qui jadis était en terrasses sur trois niveaux : un jardin exotique, un jardin à la Française avec des buis et enfin un jardin avec des bassins d’eau qui ont disparus à une date antérieure à 1914. A noter que les inventaires du 19è siècle mentionnent régulièrement la présence d’une serre qui a été détruite à une date que nous ne connaissons pas. L’ambiance qui se dégage du jardin sud est celle d’un petit cloître. Le manoir de Donville a accueilli depuis toujours des chapelains et des prêtres de la chapelle qui logeaient dans une pièce du rez-de-chaussée.

La distribution intérieure du corps de logis est classique aux constructions du 18 siècle : un vestibule avec escalier central permet de circuler dans les pièces latérales. Au rez-de-chaussée : grande salle avec cheminée monumentale, cuisine, salon etc..

A l’étage un couloir distribue les chambres dotées de cheminées en marbres ou pierre de Valognes. Des petits boudoirs dotés de boiseries murales viennent rappeler la découverte de l’intimité au 18ème siècle. Seules les chambres des domestiques ne sont pas pourvues de cheminées. L’ambiance de cette modeste propriété rurale n’est sans évoquer le style Gustavien, en vogue aujourd’hui : boiseries épurées, finesse des cheminées, dallages raffinés. Bref les Gislot ont voulu montrer leur rang dans le monde agricole qu’ils allaient bientôt quitter et leur aisance financière sans pour autant égaler les propriétaires de châteaux ou d’hôtels particuliers si nombreux à cette l’époque des lumières.

 

 

Enfin dans le grenier la charpente de type marine  réalisée en 1778 par Michel Lafontaine. Ses armes de compagnon figurent à côté de son nom. La charpente est d’un seul tenant et seuls les deux grands conduits des cheminées viennent atténuer cette « coque » retournée. Les aissailiers dégagent un arrondi surprenant tandis que les entraits retroussés, soigneusement taillés, donnent une légèreté  à l’édifice. Il s’agit de l’œuvre d’un maître en la matière au regard des différents détails qui composent la structure de cette charpente. Cette dernière a été réalisée en orme et son chevillage en châtaignier est resté d’origine.

Les fenêtres de l’habitation redessinées vers 1778 viennent donner une lumière très agréable dans la bâtisse.

Le manoir possédait également une chapelle intérieure et un petit confessionnal qui existent toujours dans l’actuelle cuisine. La pièce du prêtre ou du chapelain se trouvait à côté et permettait donc de se confesser à travers le mur percé à cet effet.

 

La Charreterie

Charreterie arche en boisConstruite en masse elle est mentionnée depuis le 17 siècle et a été refaite en même temps que la charpente, vraisemblablement par M. Lafontaine à partir de 1778. Elle est dotée de deux arches en bois, chose très rare dans le parc des Marais du Cotentin. Une pièce, qui servait peut être de pressoir, se trouve dans son prolongement. Elle fut en partie détruite en 1944, sauf les deux arches et la pièce décrite à l’instant. Par contre la partie tombée ne fut pas remontée et une laiterie moderne prit place.

 

La longère

Anneau pour attacher les chevaux au manoir de donvilleSon histoire est singulière. En effet sur le cadastre de Napoléon premier, en date de 1813 cette longère n’apparaît pas sauf un bâtiment plus au Nord qui fermait l’accès au manoir avec un porche butant contre la grange à dîmes. Hors ce bâtiment porte des traces du 17 siècle et servait d’habitation au fermier du domaine. Ce bâtiment fut reconstruit vers 1820 et allongé. Était-il en reconstruction au moment de l’élaboration du cadastre ? La fonction de percepteur des contributions directes de l’un des membres de la famille Gislot est-elle à l’origine de cet oubli ? Nous n’en savons rien car les matériaux utilisés ne sont pas des matériaux de réemploi ! Un ancien dallage du 17 siècle a été mis à jour il y a quelques années et une cheminée de la fin du 18 siècle existe toujours.

 

Les autres bâtiments

La boulangerie, située dans le prolongement de la charreterie, a été détruite en 1944 par faits de guerre.

La grange à dîmes, dont il ne reste qu’un morceau de mur, a été détruite en 1987 pour laisser passer un tracteur…Une photographie des années 1960 nous a permis de découvrir qu’elle était en partie construite en masse avec des ouvertures du 14 siècle ! Son ouverture centrale faisait face à la chapelle.

Les bâtiments qui se trouvaient dans le fond de la propriété plus à l’Est sont tombés en ruine avant la seconde guerre mondiale.

Une petite fermette se trouvait également à nord- est de la propriété sur la pièce de terre appelée Donville en 1770. Elle a été fortement abîmée en 1944 puis rasée par le propriétaire du champ pour faire  des cultures.

Le colombier était déjà supprimé en 1813. Nous n’avons pu le situer dans l’espace.

Une maladrerie existait au 13 siècle. Cette dernière est mentionnée dans l’enquête réalisée par Robert IV, abbé de Saint-Étienne de Caen. Là aussi pas de traces de cet édifice y compris dans la toponymie.

Pour observer en détail tous les éléments historiques et architecturaux du Manoir de Donville, nous vous invitons à vous inscrire à la visite guidée du Manoir de Donville.

 

→ Page suivante : Les jardins du Manoir de Donville

 
Share This