(+33).02.33.42.03.22 ou (+33).06.47.51.02.69

Le débarquement et la bataille de Méautis

Des éclairs dans la nuit…

Dans la nuit du 05 au 6 juin 1944 tous les témoins, qu’ils furent civils ou allemands entendirent de forts bombardements en direction de Carentan et de Sainte-Mère-Église. Le ciel fut embrasé par les tirs de la défense anti-aérienne allemande et les bombardements de l’aviation alliée sur les gares, les axes de communication importants et les plages. Malgré cette alerte les civils ou même les allemands ne savaient pas qu’il s’agissait du débarquement. Qui aurait pu prévoir ce qui allait se passer réellement ?

Eglise de Méautis bombardée en juin 44

L’église de Méautis en partie détruite par les bombardements – 27 juin 1944

Très vite les Allemands repérèrent des groupes de parachutistes de la 101e Airborne qui s’étaient égarés, car la plupart n’atterrirent pas là où ils auraient du poser le pied. Certains furent faits prisonniers bêtement par des soldats allemands bien plus expérimentés et qui connaissaient parfaitement le terrain : les fameux criquets en métal qui avaient été donnés aux parachutistes américains pour se rallier entre eux la nuit, permirent aux soldats allemands de mieux les repérer car les criquets n’existaient pas dans les marais en 1944… D’autres allumèrent leurs lampes de poche dans la nuit sans prendre garde pour regarder les cartes… Beaucoup de parachutistes américains se noyèrent dans les marais inondés comme par exemple dans le marais de Donville ou se blessèrent en arrivant dans les arbres ou sur les toitures des habitations. Il serait fastidieux de donner tous les détails de ces histoires personnelles car chacun vécut à sa manière le débarquement.

 

Des paras dans les arbres

Emblème de la 101e airborneA Donville, comme partout dans la commune, les parachutistes américains furent repérés très rapidement par les habitants et les soldats allemands le matin du 6 juin 1944. En effet des parachutes de différentes couleurs pendaient dans les arbres et du matériel que les Américains n’avaient pas pu récupérer tapissait le sol. Certains parachutistes avaient creusé des trous pour enfouir leur matériel d’atterrissage ou les avaient camouflés dans les granges des fermes les plus proches, ce qui faisait courir à la population de grands risques.

 

Soldats américains et civils, les premiers contacts

Manoir du Lude DonvilleAu manoir de Donville les fermiers de l’époque étaient Monsieur et Madame Auguste Bucaille. Ils découvrirent les premiers parachutistes américains assez rapidement en allant soigner leurs animaux dans les champs autour. Certains avaient même posé les pieds sur un bâtiment agricole du manoir. Au Lude, à la ferme du grand Barhais et partout ailleurs à Donville, même scénario : les paras étaient cachés dans les haies extrêmement denses à l’époque ou se faufilaient dans les bâtiments agricoles. Bientôt les premiers contacts furent établis avec les civils pour leur demander trois choses : où ils étaient, où se trouvaient les soldats allemands, comment trouver du ravitaillement car leurs réserves s’épuisaient assez vite malgré les dizaines de kilos d’alimentation et de munitions qu’ils avaient apportés avec eux. Une poignée de civils courageux risquèrent leurs vies pour aller leur donner de l’eau, du lait, du pain. Il faut savoir que les Allemands avaient menacé de la peine de mort quiconque cachait des parachutistes américains. Ils mirent malheureusement à exécution cette menace puisque 10 civils furent passés par les armes à Méautis. Voir la liste des victimes civiles de Méautis

 

Les Allemands traquent et détruisent…

Les parachutistes américains de la 101e Airborne organisèrent à Donville une véritable guérilla contre les Allemands qui devinrent fous ! Ces derniers organisèrent des visites domiciliaires chez les civils pour fouiller les habitations en prenant souvent en otage une personne ou deux : gare à ceux chez lesquels des traces de munitions américaines ou des objets étaient trouvés ! De rage il arrivait que les soldats allemands mettent le feu aux habitations pour faire sortir les parachutistes américains cachés. Les habitants de Donville virent cette tactique se répéter plusieurs fois. Les troupes américaines procédèrent de la même façon après la bataille de Donville mais cette fois-ci aidées de leurs chars. Ils refusèrent en effet le combat au corps à corps qui était quelque fois nécessaire pour anéantir les soldats allemands qui refusaient de se rendre. Le manoir de Donville connut ces dramatiques combats entre soldats.

 

Ils n’avaient jamais connu les combats

Les parachutistes allemands du major Von der Heydte furent envoyés en reconnaissance en direction de Sainte- Marie-du-Mont pour comprendre ce qui se passait. Le major découvrit lui-même l’armada de bateaux de la marine américaine qui s’approchait des côtes normandes en montant dans le clocher de l’église de Sainte-Marie-du-Mont ! Bientôt ils organisèrent une tactique de défense qui coûta la vie à de nombreux soldats américains qui n’avaient pour la plupart d’entre eux jamais connu le combat…

Les habitants se recueillent devant le corps d'un Soldat américain

Les habitants rendent hommage à un soldat américain

 

 

Leur mission : défendre un axe primordial

Les parachutistes américains avaient pour mission de harceler les Allemands et de prendre possession de lieux stratégiques pour couper les renforts de l’armée allemande et faire la jonction avec les troupes débarquées sur les plages. Si un grand nombre d’Américains avaient été tués ou fait prisonniers par les Allemands avant l’arrivée des renforts, les rescapés se battirent avec un courage exemplaire pour remplir leur mission. La ville de Carentan était un axe primordial pour les alliés et les combats furent d’une violence extrême pour les deux camps. Les Américains encerclèrent Carentan à partir du 10 juin 1944 et finirent par lancer l’assaut final le 12 juin.

Bataille de Normandie, un axe primordial à défendre

Les combats font rage sur la commune de Méautis

 

 

12 juin 1944, la bataille de Méautis

Les allemands se replièrent d’abord sur le village de Pommenauque à Carentan puis s’installèrent au village de Donville pour organiser leur défense. La bataille commença dans la soirée du 12 juin 1944 pour culminer au plus fort le 13 juin. Les soldats de la quatrième division américaine et du 502ème Régiment d’infanterie furent en effet bloqués à Donville par cette résistance allemande composée de parachutistes allemands, de soldats de la Werhmacht et d’éléments de la 17 ème SS Panser Grenadier Division. Les combats furent extrêmement violents et les pertes sévères pour les deux armées. Les américains furent obligés de se battre maison par maison, lesquelles furent reprises plusieurs fois. Des civils  laissèrent leur vie dans le feu de l’action ou furent passés tout simplement par les armes par les Allemands. Donville ne fut pacifié définitivement que le 16 juin. Le cimetière de la chapelle dont le clocher avait été soufflé par les obus allait servir de lieu d’inhumation provisoire des victimes civiles de la bataille. Une messe fut célébrée à Donville par l’abbé Lecointe le 18 juin 1944.

 

interieur eglise meautis

Intérieur de l’église de Méautis détruite en présence de l’abbé Lecointe – 27 juin 1944

* L’abbé Lecointe, prêtre à Méautis depuis 1931, qui avait séjourné en Angleterre pendant plusieurs années, servit de traducteur à l’armée américaine. Il rencontra en personne à Méautis le général Barton qui était venu habiter le presbytère.

 

Le manoir de Donville devient l’état major des Allemands

Le manoir de Donville transformé en état major provisoire par les Allemands, fut repris maintes fois par les Américains qui y laissèrent de nombreux soldats. Toutes les toitures de l’habitation et des bâtiments furent criblées d’éclats, des bâtiments furent réduits en poussière par les chars, d’autres furent incendiés. Les fermiers de l’époque, Monsieur et Madame Bucaille découvrirent les corps des nombreux soldats allemands qui gisaient dans le manoir, aux deux étages ou dans les bâtiments détruits ainsi que dans l’avenue qui menait dans la cour de la propriété. Le manoir conserve encore aujourd’hui les traces de cette terrible bataille…

Une bataille qui durera plus d’un mois

Le bourg de Méautis fut libéré provisoirement avant Donville le 15 juin mais la bataille allait se poursuivre dans le village pendant plus d’un mois, les Allemands tentant de contre-attaquer sans cesse. Ainsi le 26 juin 1944, les soldats allemands lancèrent une offensive meurtrière sur Méautis, ce qui obligea les civils rescapés à partir de nouveau en exil !

Les obus pleuvent sur la commune jusqu’en juillet 44

Le 27 juin 1944 au matin l’église de Méautis fut atteinte par plusieurs obus qui détruisirent en partie son clocher, sa nef et sa toiture.

Le 4 juillet 1944 les Américains lancèrent une nouvelle offensive sur le front de Méautis en direction de Sainteny, bien que ces derniers soient en progression sur La- Haye- Du- Puits. Des obus tombèrent sur Carentan et la commune de Méautis jusqu’au 18 juillet 1944.

terrain aviation meautis

Lorsque Méautis fut hors de danger, les Américains installèrent du 16 août au 15 septembre 1944, tout proche du bourg, un camp d’aviation pour les bombardiers légers.

 

C’est le 13 juillet 1944 que décéda d’une crise cardiaque le général Théodore Roosevelt, tout proche du presbytère de la commune. En savoir plus sur Théodore Roosevelt

Le gros des troupes d’infanterie américaine quitta le village de Méautis le 29 juillet 1944 après un mois et demi de combat !

→ Page suivante : Les vestiges de la Bataille de Méautis

 
Share This